Balzachienne, 001

  • Par clopine
  • Le 24/03/2017
  • Commentaires (0)

"Nous avons des produits, nous n'avons plus d'oeuvres".  C'est dans "Béatrix", et si je suis allée vérifier la citation, c'est à cause de la longue divagation que me  procurent les séries Netflix. Il y a un côté redoutablement industriel dans ces productions cinématographiques : le lissé du produit fini, la chaîne bien huilée d'une production collective, les rouages de la fabrication s'ajustant,  comme pour une métaphore interne aux vertus miroitantes,  aux rouages de la narration.

 

...

Il me faut toute la foi en l'humanité (c'est dire si la tâche est rude) pour croire que la solitude de l'individu peut surpasser -voire simplement égaler- de telles démonstrations d'efficacité. Trop simplette, j'ai encore la vision chattertonienne de l'auteur dans sa chambre sous les toits, extripant de lui, comme on essore une éponge, des mots bizarres, colorés et universels. Alors qu'une solide équipe, ancrée dans l'appréhension publicitaire des besoins de la cible, fait feu de tout bois. Adieu l'arc, les flèches et la plume. Bonjour le brainstorming, et (quel vilain mot, finalement) la collaboration. 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×