Clopinou ou la problématique de l'exploit

  • Par clopine
  • Le 10/06/2016
  • Commentaires (3)

Le troll Lucien Bergeret, s'il n'a pas réussi à attaquer les fondements de mon ego, m'a néanmoins tant harcelée que je suis devenue, sur le ouèbe, assez paranoïaque. Ainsi, j'ai soupçonné une simple visiteuse de ce blogounet,  qui me témoignait de l'admiration, d'être le troll, et je l'ai rembarrée... Elle voulait simplement des nouvelles du Clopinou.

Je suis d'autant plus disposée à lui en donner qu'aujourd'hui, je ne peux penser qu'à lui. Il passe en effet un oral important. Oh, s'il le rate, ce n'est certes pas une catastrophe : il pourra poursuivre le cursus universitaire dans lequel il est engagé, sans problème... Mais s'il réussit, il aura accompli là une sorte d'exploit.

Et je me rends compte que Clopinou est en fait un habitué de "l'exploit", ou au moins d'une sorte "d'héroïsme" : c'est sa façon à lui de quitter l'enfance  :  en en conservant l'exaltation...

S'il entre en prépa, il faut qu'il devienne le premier de sa cohorte. S'il étudie l'économie, il faut qu'il vérifie par lui-même la pertinence des thèses enseignées.

Il a toujours été comme cela : une sorte de "jusqu'au boutisme" : la tiédeur ne lui convient pas. Ce qui l'intéresse, c'est d'attaquer la falaise, quoi. Au diable les sentiers...

En terminale, et en toute innocence, Clopinou était capable de me dire : "bon, je viens de passer 6 heures sur mon devoir d'économie, il faut que je m'aère un peu, je vais aller lire Bergson"

Tout en pouvant passer des heures sur les jeux vidéo, comme tous les garçons de sa génération (et du coup, ça me rassurait un peu, qu'il soit "comme les autres". Paradoxe maternel !)

N'allez pas croire que ce besoin, cette volonté d'aller au bout des choses soient limités aux études. Clopinou agit toujours de même. S'il entreprend un régime alimentaire pour renforcer sa frêle (au moins en apparence) constitution, il ira droit vers un régime d'athlète, négligeant les étapes...

Bien entendu, cela lui joue des tours. Lors de la seconde année de prépa, (et soutenu par le fait qu'il était le major de sa promo), il s'est si complètement immergé dans la préparation de son concours qu'un échec paraissait impossible... Et qu'il a pourtant eu lieu. 

C'est là que j'ai eu peur : comment, lui qui a rarement connu l'échec, allait-il réagir ? Son orgueil conséquent, qu'il partage avec son père et son frère d'ailleurs, n'allait-il pas transformer sa déception en révolte, et la révolte le conduire à l'abandon vexé ?

Il n'en a rien été, et Clopinou persiste dans ce besoin de challenge, de mise en danger, de confrontation. Il pourrait benoîtement étudier tranquillou une matière qu'il aime, histoire de se préparer un destin d'enseignant, ma foi rassurant.. Non. Il en veut plus, refuse les cursus trop scolaires, veut s'attaquer à des problèmes complexes, a envie d'excellence...

L'exploit, quoi.

C'est très enfantin, et touchant à mon sens. (Mais bien entendu, comme je ne suis pas objective et que je pète de fierté, on ne peut me croire absolument sur parole, !)

A part ça, un garçon charmant. Larges épaules, minceur excessive, bassin étroit et jambes maigres. Une taille moyenne, que la minceur et l'aisance corporelle fait paraître élancée.  Les plus beaux yeux bleus du monde (ce sont ceux de son père...), capables de s'écarquiller gaiement mais aussi, parfois, d'envoyer des ondes glacées de réprobation. Un manque absolu et délibéré de sens pratique : il laisse à d'autres (en l'occurrence, sa copine) le soin de la gestion quotidienne, s'accommodant, ma foi, de ce qu'on veut bien lui donner.

j'ai bien peur de lui avoir transmis, par réaction contre la méticulosité paternelle, un certain laisser-aller envers les objets, qui se traduit par de petites catastrophes répétées (oubli de valise dans le train,  pertes et fracas.) traduisant une négligence, mais c'est peut-être aussi, là encore, un résidu d'adolescence rebelle...

Je me rends bien compte que parler d'"adolescence rebelle" à propos d'un étudiant brillant et investi peut paraître inadéquat : mais c'est sa manière à lui de vouloir forcer le destin.

Nous verrons bien (et je le saurai avant la fin de la journée) ce que ce dernier va lui réserver en retour !

En attendant, je n'ai jamais autant regretté de n'avoir pas la foi, car j'aurais fait une prière, aujorud'hui, pour mon grand Clopinou.

 

 

 

 

 

 

Commentaires (3)

Delavalle
  • 1. Delavalle | 16/06/2016

Vous tombez dans ma spécialité, Clopine, même rétroactivement, je peux faire ce que je peux pour Clopinou, en implorant la grâce divine. Vous me direz si c'était, néanmoins, la volonté du Très Haut. Bien à vous. Gina

DHH
  • 2. DHH | 10/06/2016

nouvel envoi d'un commentaire qui ne me semble pas parti
Je pense très fort à Clopinou, d'autant plus que sa réussite flatterait mon ego ,en me confirmant dans mon sentiment d'avoir très tôt été clairvoyante sur lui

dhh
  • 3. dhh | 10/06/2016

Je pense très fort à Clopinou ,d'autant plus que sa réussite flatterait mon ego en me confirmant dans mon sentiment d'avoir été très tôt clairvoyante .

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×