trois petits tours...

  • Par clopine
  • Le 04/06/2016
  • Commentaires (0)

J'ai vécu tour à tour trois jolis moments, cette fin de semaine.

 

Le super petit film-bijou "les pieds dans le tapis" : ça se passe en Iran et en France, et si c'est une réussite, c'est qu'il y a quelques solides raisons à cela : il témoigne complètement de notre temps, notamment le « rétrécissement » de notre planète, mais en positivant ce phénomène ; pas question ici de regretter le brassage des populations, le terrible et redoutable « choc des civilisations » comme dirait un Finkielkraut. Ici, vive le cosmopolitisme ! Vive la vie !

– c’est une sorte de « tour du monde » que nous faisons en une heure et demie, à condition d’exclure les états-unis de ce tour de monde, et d’accepter l’idée que son centre soit situé à… Brive-la-Gaillarde (!)

– rien n’est occulté dans ce film : ni la mort, ni la maladie, ni les difficultés sociales (des grévistes non payés depuis 6 mois…), ni la rigidité d’une société bloquée (la formidable scène des fiançailles), et pourtant tout devient aimable, et surtout les iraniens…

– quant au travail sur les préjugés, il est formidable. Je ne crois pas avoir déjà assisté (sauf peut-être dans Borat) à un tel jeu de massacre (dans le bon sens du terme) , mais, contrairement à Borat, précisément, le registre ici est si léger et plein d’humour que rien n’est asséné, tout est suggéré !

– le film est évidemment complètement féministe. Le moment disons « hot » du film, avec l’attente d’une scène d’amour, est traité comme je ne l’ai pas encore vu, et c’est irrésistible d’après moi.

– la mise en scène est enlevée – même si le procédé des appels téléphoniques a déjà été vu ailleurs, il est ici comme le reste : à sa place. Et les autres gags visuels (notamment le dernier) sont très réussis.

– quant à l’interprétation ! Le personnage de la mère demandait une interprète à la hauteur : l’actrice, c’est peu de le dire, est formidable, c’est juste l’élégance incarnée, et la maîtrise de soi. J’ai encore dans la rétine les gestes de sa main, quand elle renonce à comprendre quelque chose (ou qu’elle fait mine de renoncer, parce qu’en fait on sent que cette femme ne renoncera jamais !)

– la blondeur de la Briviste ne m’a pas dérangée, au contraire, car elle souligne le contraste entre le « noir iranien » et la « lumière » de la « doulce France ».

– et enfin, et en effet, comment ne pas chavirer en entendant le poème (sublime) d’Hugo, dit si magnifiquement par Villermoz ?

Un film qui a abordé tous les sujets douloureux de notre temps (l’embargo, tenez) et dont on sort avec le sourire, le coeur léger, et amoureuse ? Mais on en redemande !

lien ici : http://www.arte.tv/guide/fr/057873-000-A/les-pieds-dans-le-tapis

 

Le deuxième joli moment fut, hier au soir, la conférence gesticulée de Manuel Moreau sur le thème des "trois petits cochons" : c'est drôle, pédagogique, superbement joué, politisé et plus que sympathique. Si toi aussi, entre toutes les matières, c'est la ouate que tu préfères, fonces-y.

 

lien ici :https://www.youtube.com/watch?v=Pys8hh7BTBg

 

Enfin, ce matin, j'ai visité une charmante maison à ossature bois, isolation thermique +++, pompe à chaleur, récupération des eaux de pluie : grande, spacieuse, lumineuse, dans les frondaisons, ni tapageuse ni ostentatoire mais pleine de charme : oui, cela peut exister, et c'et même l'avenir...

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×