Voilà l'été !

  • Par clopine
  • Le 20/06/2016
  • Commentaires (0)

La fenêtre de tir était étroite, mais nous ne l'avons pas loupée. Comme tous les ans, grâce aux amis de "Trésor de Jardin", nous avons randonné et mangé un repas gastronomique  fantastique (je pèse mes mots), où les plantes des talus et sous-bois,  habituellement dédaignées, comme la consoude, la Grande Berce, l'egopode, le plantain, la cardamine des prés, d'autres encore que  j'oublie, sont ici travaillées avec patience, ténacité et intelligence.  Comme en plus nous sommes accueillis dans des endroits fort agréables (hier, une ferme-asinerie" et que des animations culturelles sont proposées (hier, un concert de digeridoo), il aurait été bête de passer à côté...

 

Et pourtant. La météo étant ce qu'elle est, nous avons bénéficié d'une chance rare : car dimanche a été la seule journée sans pluie de juin, et nous avons même apprécié un peu de  soleil... Alors, certes, la randonnée passant par les cavées brayonnes, nous avons tous eu nos chaussures couvertes de boue : l'eau ruisselle à plein dans les chemins creux, et la glaise qui s'attache aux chaussures a provoqué bien des fatigues (tendinite chez Clopin, et courbatures prononcées chez bibi). Mais c'était le prix à payer, et nous nous en sommes tous acquittés de bon coeur (d'autant que les places sont désormais comptées chez Trésor de Jardin, succès de la formule oblige)...

 

 

Dige

Malgré ces bons moments, j'ai quand même du mal à vivre ce mois de juin 2016. D'abord, j'en ai déjà plus que par-dessus la tête de l'Euro de foot, le nationalisme s'étale partout en bleu blanc rouge, jusqu'à la nausée, et on comprend bien que l'enjeu dépasse le sport : il s'agit avant tout de pognon, pas vrai ? Quand on sait que de toutes les "associations loi de 1901" (ou "soi-disant"), la FIFA gagne haut la main la palme de la corruption... bref.

 

Et puis la violence du dérèglement climatique, qui nous vaut  la déception d'un printemps disparu (et en Bray, c'est mai et juin qui rattrapent le reste de l'année... C'est dire d'avance si le mois de novembre sera sinistre, puisqu'on ne pourra même pas évoquer le printemps passé pour se remonter le moral...) répond à la violence sociale, et son dérèglement politique. Comme beaucoup, cela fait pas mal d'années que je vote "socialiste au deuxième tour" avec des arrière-pensées et par une sorte de fatalisme. Mais là... Je ne comprends pas. Les manifs sont composées de milliers de personnes. Valls et consorts croient-ils vraiment que ce peuple, descendu dans la rue, va continuer à voter pour un parti qui prend la responsabilité historique d'avouer publiquement le mensonge de la démocratie représentative ? Car Hollande représente qui, au fait ? Depuis mardi dernier, certainement plus moi...

Jeudi, je retournerai à la manif à Rouen, et je voudrais que chaque manif, désormais, soit plus importante encore que la précédente. Ce n'est plus de la stricte défense du code du travail qu'il est question, mais de l'ensemble du projet social, bafoué par de cyniques politiciens coupés complètement de la réalité du pays, et à la solde d'intérêts financiers aussi délétères qu'empoisonnés.

Et je ne crois pas que le chantage si efficace 'si vous ne votez pas pour le PS au second tour, ou les républicains, vous ouvrez la porte au F Haine" marche cette fois-ci. Nous sommes, nous le peuple de gauche, trahis par ceux-là mêmes qui sont à leurs places (dorées) grâce à nous...
 

Amertume, inquiétude, horreur devant la menace terroriste, monde qui ne va jamais mieux mais toujours plus mal, planète blessée écologiquement...

La fenêtre de tir était étroite, et j'avais, hier, l'impression d'engranger le plus vite possible quelques clichés encore heureux d'un dimanche printanier et bucolique, pour pouvoir affronter le mauvais temps qui vient... (et une dure pluie, une !)

Tous aux manifs, désormais.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×